El. : pratique la « sophrologie et la marche » depuis janvier 2013 et depuis s’est inscrite aux groupes de sophrologie caycédienne (5° degré en novembre 2013)

2013-nov : Avec la sophrologie j’apprends à regarder mon mental, à lui dire de se calmer lorsqu’il me fatigue à répéter les histoires sans intérêt.

. Grâce à la sophrologie, lorsqu’une pensée négative déclenche une angoisse ou une colère qui monte en vague de l’estomac jusqu’à la gorge, la technique apaise ce malaise.

. Pendant les séances de groupe j’apprends la patience (entendre, plutôt écouter le protocole, attendre son tour pour la phéno-description). L’égo, l’orgueil, n’ont pas leur place pendant la phéno-description finale : je des des trucs bizarres, basiques, enfantins, pas intellectuels du tout.

. Les séances de randonnées sophro : j’apprécie d’avoir plus de temps pour m’imprégner de chaque phase du protocole ; le lâcher-prise est plus facile et évident pour moi en pleine nature.

. Ou je suis trop vieille ou je manque d’imagination, mais les séances de sophrologie ludique n’ont pas de retentissement dans ma vie quotidienne ! ça crée avec les autres des liens de sympathie et d’amitié très naturels grâce au non-jugement. »

2013-nov : Avec la sophrologie j’apprends à regarder mon mental, à lui dire de se calmer lorsqu’il me fatigue à répéter les histoires sans intérêt.

. Grâce à la sophrologie, lorsqu’une pensée négative déclenche une angoisse ou une colère qui monte en vague de l’estomac jusqu’à la gorge, la technique apaise ce malaise.

. Pendant les séances de groupe j’apprends la patience (entendre, plutôt écouter le protocole, attendre son tour pour la phéno-description). L’égo, l’orgueil, n’ont pas leur place pendant la phéno-description finale : je des des trucs bizarres, basiques, enfantins, pas intellectuels du tout.

. Les séances de randonnées sophro : j’apprécie d’avoir plus de temps pour m’imprégner de chaque phase du protocole ; le lâcher-prise est plus facile et évident pour moi en pleine nature.

. Ou je suis trop vieille ou je manque d’imagination, mais les séances de sophrologie ludique n’ont pas de retentissement dans ma vie quotidienne ! ça crée avec les autres des liens de sympathie et d’amitié très naturels grâce au non-jugement. »